Forum Guelmois Anti Toxicomanie

ADMINISTRE PAR ASSOCIATION SAFA POUR LA LUTTE CONTRE LA TOXICOMANIE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Médéa Profession : vendeur de « chic » !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
El Guelmi
Admin


Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Médéa Profession : vendeur de « chic » !   Mer 24 Oct - 1:56

Médéa
Profession : vendeur de « chic » !
Nouvelle culture, nouvelles coutumes issues de la dégradation du pouvoir d’achat : des consommateurs d’une nouvelle variété de tabac à chiquer, la chemma locale, s’approvisionnent, à Médéa du moins, au niveau de Bab Laqouas, non pas par boîte ou par paquet même si cela s’opère également mais en vrac, par centaines de grammes.

Cette nouvelle substance ou drogue, c’est selon, est produite à partir d’un plant de vigne, le zerdjoun, très répandu à Aïn Oussera selon un des producteurs commerçants. M. Missoum, 45 ans, s’adonne à ce commerce depuis quelque 18 mois, lorsque l’organisme étatique employeur a mis fin à son contrat de veilleur de nuit. « Où dois-je aller pour trouver du travail et subvenir aux besoins de mes trois enfants ? » Tête recouverte d’un turban, signe vestimentaire des gens de l’intérieur (il est originaire de Ouezra, commune voisine de Médéa), son visage est sillonné de rides illustrant le climat rude et le caractère austère, vieillissant davantage le bonhomme dont le regard, méfiant au départ, se détend au fil de la discussion jusqu’à offrir un sourire permanent et qui ne disparaîtra point, affirmant ainsi le caractère hospitalier de l’Algérien et qui n’hésite pas à vous inviter à prendre un café alors qu’il est totalement démuni. Un flux régulier de consommateurs ainsi que des adolescents, des agents de l’ordre public, des citoyens habitués à cette substance accomplissent cet achat machinalement et s’étonnent de notre intéressement. Une vieille personne, très au fait de la fluctuation de la monnaie locale et de sa dévalorisation, louera cette drogue : « Plus le pouvoir d’achat est en diminution et plus le citoyen cherchera refuge dans des palliatifs qu’il imaginera lui-même, et ne lui parlez surtout pas de morale. Dans cette région du Titteri, on s’adonne à la chemma trois fois moins chère que la vraie comme on aspire de la colle dans les grandes villes à défaut de drogue dure. C’est le mal-vivre ! » Missoum aurait préféré trouver un travail stable et se dit prêt à « émigrer » à Alger au lieu de se faire 100 dinars de bénéfice par jour. Cette chemma des pauvres est achetée à 50 DA le kilo chez le producteur pour être revendue à 80 DA. Son étal est enrichi par la vente « additionnelle » de friperie étalée à même le trottoir. Il reste à savoir si l’accoutumance à cette prise d’un nouveau genre n’est pas plus dangereuse que celle à laquelle nombre d’Algériens, surtout de lacampagne, sont habitués.

A. Mekfouldji
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://safa.superforum.fr
 
Médéa Profession : vendeur de « chic » !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Profession de foi commune
» La profession de foi d'Edith Stein
» Evaluations au primaire : Profession de foi du nouvel enseignant
» Simple mais chic !
» Nom du vendeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Guelmois Anti Toxicomanie :: RUBRIQUES :: MEDIAS ET TOXICOMANIE :: El Watan 2004 :: SEPTEMBRE 2004-
Sauter vers: