Forum Guelmois Anti Toxicomanie

ADMINISTRE PAR ASSOCIATION SAFA POUR LA LUTTE CONTRE LA TOXICOMANIE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sida et drogues Les magistrats à l’écoute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
El Guelmi
Admin


Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Sida et drogues Les magistrats à l’écoute   Dim 21 Oct - 21:43

Sida et drogues
Les magistrats à l’écoute

On ne connaît pas le comportement sexuel des Algériens », commente le professeur Farès du CHU de Beni Messous lors d’une journée d’étude sur le sida à l’attention des magistrats à l’Institut national de la magistrature à Alger.

Ce qui a pour conséquence principale une mauvaise maîtrise du fléau. Les connaissances que nous avons sur le sujet sont limitées, mais il est possible d’affirmer qu’il existe 635 cas de sida en Algérie depuis la fin de l’année 1985. « Une cinquantaine de nouveaux cas se présente chaque année, touchant aussi bien les femmes que les hommes », déclare le professeur. Il existe également 1657 personnes séropositives en Algérie depuis 1985, « mais il est permis de penser que ce chiffre est en deçà des réalités », explique le professeur Farès. Cela est dû au fait que de nombreux médecins ne déclarent pas la maladie lorsqu’ils y sont confrontés, bien que la déclaration soit obligatoire. Par ailleurs, les personnes qui se découvrent séropositives ne vont pas spontanément le dire. « A l’heure actuelle, seuls les résultats du dépistage passif, comme c’est le cas pour un don du sang, nous ont permis de déterminer le nombre de personnes touchées par ce fléau. » Des statistiques démontrent également que parmi les cas révélés de sida, 45% des personnes touchées sont hétérosexuelles, seuls environ 5% sont homosexuelles ou bisexuelles. D’un point de vue juridique, le docteur Lounnas de l’Onusida Algérie rappelle que le code sanitaire classifie les maladies transmissibles et exhorte les médecins à les déclarer. « Il revient au code sanitaire de régir l’ensemble des lois portant sur les maladies transmissibles. Une intégration dans le code pénal des VIH est inutile. L’essentiel étant la prévention », relève-t-elle.

Zineb A. Maiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://safa.superforum.fr
 
Sida et drogues Les magistrats à l’écoute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des propos qui choquent: sida ... justice immanente?!
» SIDA : un nouvel espoir, un vrai !
» Vatican:Efficacité du préservatif comme prévention SIDA
» Sida en Afrique
» Les Suisses remettent le couvert (SIDA)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Guelmois Anti Toxicomanie :: RUBRIQUES :: MEDIAS ET TOXICOMANIE :: El Watan 2004 :: DECEMBRE 2004-
Sauter vers: