Forum Guelmois Anti Toxicomanie

ADMINISTRE PAR ASSOCIATION SAFA POUR LA LUTTE CONTRE LA TOXICOMANIE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Effets des drogues sur la femme enceinte et le nouveau-né

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
El Guelmi
Admin


Nombre de messages : 218
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Effets des drogues sur la femme enceinte et le nouveau-né   Jeu 12 Avr - 22:23

Effets des substances psychotropes chez la femme enceinte et le nouveau-né

L'usage de drogues pendant la grossesse expose à des risques spécifiques tant pour la femme que pour l'enfant, en plus des risques existant hors de ce contexte particulier et qui, bien sûr, se surajoutent.

Rappelons que les effets de dépendances physique et psychique, la toxicité, les risques encourus dépendent, pour ce qui est du produit :

de sa concentration dans la préparation utilisée,
de sa qualité,
des quantités ingérées,
de la fréquence de consommation,

et pour ce qui concerne le consommateur :

de facteurs physiologiques,
psychologiques,
et culturels,
ainsi que du mode de vie.

Les éléments ci-dessous proviennent d'une part, d'une recherche bibliographique (notamment avec l'aide du Centre de renseignement sur les agents tératogènes du CHU Saint-Antoine) et de l'expérience du Centre Horizons, service spécialisé dans les soins aux femmes enceintes toxicomanes, aux mères toxicomanes et à leurs bébés. Ces données sont une synthèse des observations cliniques et de la connaissance actuelle encore très imparfaite des conséquences biologiques de l'usage de ces produits sur l'individu.

Nous avons évité toute référence à une classification des substances mais nous les avons regroupées par familles de produits; nous avons choisi de présenter les risques liés aux produits en fonction :

des risques pour le déroulement de la grossesse,
des risques pour l'embryon,
des risques pour le foetus,
des risques pour le nouveau-né,
des risques pour le devenir de l'enfant.

La cocaïne et ses dérivés

Risques pour le déroulement de la grossesse

augmentation de la fréquence des avortements spontanés,
menace d'accouchement prématuré,
risque d'hématome rétroplacentaire sans corrélation avec l'importance des prises (une fois peut suffire),
la grossesse ralentit l'élimination de la cocaïne,
des complications cardio-vasculaires à l'accouchement ont été observées.
Risques pour l'embryon

L'incidence des malformations serait augmentée mais cette question est actuellement très controversée.
Malformations rapportées

microcéphalie, anomalies cardio-vasculaires,
appareil urinaire et génital.
Risques pour le foetus

retard de croissance intra-utérine en cas de consommation régulière dû à l'action directe de la cocaïne qui entraîne une vasoconstriction; la circulation sanguine materno-foetale est altérée : le fœtus est moins oxygéné et malnutri. De plus, la cocaïne induit une dénutrition de la mère,
souffrance foetale chronique très fréquente,
infarctus cérébraux observés lors de la consommation de crack.
Risques pour le nouveau-né

prématuré et petit poids de naissance fréquent (50%),
risque d'hémorragie intracrânienne.
Risques pour le devenir de l'enfant

interaction mère-enfant perturbée mais les troubles observés dépendent en majeure partie des conditions de vie et des effets des comorbidités associées.

L'héroïne

Risques pour le déroulement de la grossesse

augmentation de la fréquence des avortements spontanés au premier trimestre,
menace d'accouchement prématuré (contractions utérines dues aux épisodes de manque maternel, au mode de vie, aux infections, à l'anémie et à la malnutrition).
Risques pour l'embryon

La fréquence des malformations est identique à celle de la population générale. Cependant, l'héroïne peut être coupée avec certains produits qui peuvent eux être tératogènes.
Risques pour le fœtus

retard de croissance intra-utérine dans plus de 30% des cas,
syndrome de sevrage in utero décalé de vingt-quatre à trente-six heures après le sevrage maternel,
souffrance fœtale aiguë pouvant aller jusqu'à la mort in utero,
souffrance fœtale chronique (liquide amniotique teinté dans 35% des cas) secondaire aux épisodes de manque ou de surdose.
Risques pour le nouveau-né

prématuré dans 20 à 30% des cas,
hypotrophie dans 35% des cas,
syndrome de sevrage dans 100% des cas mais seulement 30% nécessitent un traitement chimiothérapeutique de sevrage (risque d'induction iatrogène).
Risques pour le devenir de l'enfant

interaction mère-enfant perturbée mais les troubles observés dépendent en majeure partie des conditions de vie et des effets des comorbidités associées,
mort subite du nourrisson augmentée de quatre à dix fois par rapport à la population générale (causes pourtant jamais explorées à ce jour).

La méthadone

Risques pour le déroulement de la grossesse

moins de risques d'avortements spontanés au premier trimestre ainsi que des menaces d'accouchement prématuré.
Risques pour l'embryon

idem que pour l'héroïne.
Risques pour le fœtus

retard de croissance intra-utérine moins important et moins fréquent qu'avec l'héroïne si réduction des cofacteurs,
syndrome de sevrage in utero décalé de vingt-quatre à soixante-douze heures après le sevrage maternel,
souffrance fœtale chronique moins fréquente.
Risques pour le nouveau-né

prématuré et petit poids de naissance plus fréquent que dans la population générale,
syndrome de sevrage - idem que pour l'héroïne mais plus prolongé et parfois plus sévère. Surtout risque majeur d'une apparition retardée jusqu'à quinze jours.
Risques pour le devenir de l'enfant

interaction mère-enfant perturbée mais les troubles observés dépendent en majeure partie des conditions de vie et des effets des comorbidités associées,
mort subite du nourrisson non étudiée.
Ces produits exposent aux mêmes risques mais dans une proportion moindre. L'apparition et l'intensité du syndrome de sevrage du nouveau-né ne sont, comme pour l'héroïne ou la méthadone, pas corrélées aux doses absorbées.

Le cannabis et ses dérivés

Risques pour le déroulement de la grossesse

Les risques décrits sont discutés et parfois contradictoires

Augmentation de la durée du travail à l'accouchement.
Risques pour l'embryon

pas de malformation identifiée chez l'homme.
Risques pour le fœtus

pour certains, retard de croissance intra-utérine dû à l'action directe du tabac.
Risques pour le nouveau-né

prématuré et petit poids de naissance décrits si consommation importante,
hyperexcitabilité parfois jusqu'à trente jours.
Risques pour le devenir de l'enfant

pas de risques spécifiques.

Les amphétamines

Risques pour le déroulement de la grossesse

mêmes risques que la cocaïne mais fréquence et intensité moindres.
Risques pour l'embryon

l'incidence des malformations serait augmentée.
Malformations rapportées : Anomalies cardio-vasculaires et digestives.
Risques pour le fœtus

retard de croissance intra-utérine fréquent,
souffrance fœtale chronique très fréquente,
mort in utero à fortes doses.
Risques pour le nouveau-né

assoupissement nécessitant un gavage.
Risques pour le devenir de l'enfant

interaction mère-enfant perturbée mais les troubles observés dépendent en majeure partie des conditions de vie et des effets des comorbidités associées.
En ce qui concerne la MDMA (ecstasy), aucune étude épidémiologique n'a été faite sur des femmes enceintes et les conséquences éventuelles sur le fœtus et le nouveau-né. Cependant, dans l'incertitude où nous nous trouvons quant aux altérations irréversibles possibles des voies sérotoninergiques du SNC par la MDMA, sa consommation durant la période de gestation est à proscrire totalement.

Les benzodiazépines

Risques pour le déroulement de la grossesse

pas de risques notables.
Risques pour l'embryon

l'incidence des malformations serait augmentée, mais risques très faibles.
Malformations rapportées : Anomalies faciales, crâniennes et digestives.
Risques pour le fœtus

pas de retentissement en dehors d'un ralentissement des mouvements foetaux.
Risques pour le nouveau-né

syndrome d'imprégnation fréquent nécessitant une surveillance et des soins (risques de détresse respiratoire, d'apnée et d'hypothermie),
syndrome de sevrage retardé parfois entre dix et quinze jours.
Risques pour le devenir de l'enfant

interaction mère-enfant perturbée en cas de consommation importante due au syndrome confusionnel de la mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://safa.superforum.fr
 
Effets des drogues sur la femme enceinte et le nouveau-né
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la methamphetamine
» Classement par dangerosité des drogues
» Les Péchés : Leurs effets néfaste sur l'Individu et la Société
» Le "salam" entre homme et femme
» Mémoire d'élève sage-femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Guelmois Anti Toxicomanie :: RUBRIQUES :: SANTE ET TOXICOMANIE-
Sauter vers: